Résumé DESTINATION EUROVISION 2019 : Le débrieff complet de la FINALE «Comme une surprise impossible ...»
AGT LE MARDI SOIR



Résumé DESTINATION EUROVISION 2019 : Le débrieff complet de la FINALE «Comme une surprise impossible ...»

Les dernières news en ligne
Suivez nous sur les réseaux sociaux

News Emissions de Talent Show

15/09/2019 - 03:59:22

The Masked Singer sur TF1 : Toutes les infos [MAJ]

Lire la news

L'Agenda des diffusions Vidéos en direct sur le site
A suivre prochainement en streaming Live vidéo
Britains got talent: Le samedi 21h
Americas got talent les mardi à 2h
SONGLAND le Mardi à 4h

---------------------------------------------------------------------
On recherche des rédacteurs pour rédiger des news sur toute l'actu et résumer des émissions ... sur THE VOICE, Les marseillais, the voice à l'étranger, Koh Lanta, Les Anges 11.....
Les derniers résumés en ligne

● 16/09 : Britain's got talent The champions 2019 EPISODE 3 : Les talents du monde entier s'affrontent toujours !

● 13/09 : America's got talent 2019 : SEMAINE 5 : Seconde 1/2 Finale

● 13/09 : Pékin express la route des 50 volcans : Le debrieff de l'EPISODE 9 : Triple sprints en demi finale avec tensions et erreurs !

● 09/09 : America's got talent 2019 : SEMAINE 4 : 1/2 Finale

● 08/09 : Britains Got Talent The Champions 2019 EPISODE 1 Les talents anglais affrontent le monde

● 08/09 : Britains Got Talent The Champions 2019 EPISODE 2 : : De la musique, du danger, de l'acrobatie du monde entier

● 06/09 : Pékin express la route des 50 volcans : Le debrieff de l'EPISODE 8 : Des équipes mixées et des alliés qui se trahissent !!!

Le CLIP ou LIVE du Jour


Maëlle (The voice 7) - Toutes les machines ont un cœur


15/09/2019

Voir la vidéo


Les autres Clips ou Live

Commentez en direct la realtv

Sur Twitter





Résumé LIVE de Emissions de Talent Show






5e Journée du Samedi 26 Janvier 2019 => DESTINATION EUROVISION 2019 : Le débrieff complet de la FINALE «Comme une surprise impossible ...»
Programme de la journée : Résumé de la finale, debrieffing de l'émission, infos sur le tournage, les commentaires, , les performances, les notes , les votes classements; les lives des invités
Samedi soir avait lieu la finale de la seconde édition de DESTINATION EUROVISION sur FR2, la sélection nationale française instaurée afin de décider de notre représentant au fameux Concours de mai.

Avant cela, les 2 demi-finales avec chacune d’entre elles 9 candidats en avaient retenu 4 X 2 par la grâce d’un mix de jurés internationaux ( au nombre de 5 ) et de télévote à part égale de 50% dans le décompte terminal.   
France Télévision avait reçu, suite à appel public, environ 1500 propositions. Parmi elles, deux interprètes à la carrière établie et reconnue, celles de Chimène Badi et d’Emmanuel Moire qui s’étaient logiquement qualifiés sans surprise pour la soirée conclusive. Mais de façon parfaitement justifiée.

Contrairement à l’édition 2018 où il n’y avait eu aucun «  buzz « particulier avant que la compétition ne se lance, cette année la présence d’un Youtuber « idole queer des jeunes «  selon le journal Le Monde avait en amont beaucoup fait parler au regard de la couverture médiatique dont il a pu profiter. Youtuber, Bilal Hassani l’est et s’est constitué ainsi un auditoire important avec 760.000 abonnés sur ce média social. Avec certes beaucoup d’acharnés à le soutenir et le plébisciter mais énormément de détracteurs semant avec une haine non dissimulée un rejet violent de sa personnalité androgynique. Voilà pour le contexte de cette émission.  
France Télévision a cette année amélioré de façon évidente la qualité de production de DE car dès les demi-finales, un visuel était apporté aux différentes contributions. Le modèle étant bien sûr le fameux Mélodifestivalen suédois, véritable référence en la matière pour tous les fans européens du Concours. Jusqu’à la voix off qui annonçait les candidats avant qu’ils ne se produisent.

Le présentateur de 2018 n’avait pas été remplacé pour cette nouvelle mouture. Garou pourtant n’avait alors pas franchement convaincu dans ce rôle là et on ne peut pas dire qu’il s’est montré meilleur cette fois-ci. Plus que jamais un lecteur de prompteur basique et discipliné mais sans les caractéristiques qui font les animateurs de qualité. C’est logique, ce n’est pas son métier ! Il faudrait peut-être que FT s’interroge sur l’opportunité de le reconduire en cas de 3ème édition du programme car les audimats obtenus indubitablement décevants vu l’implication de la chaine dans ce projet mériteraient de se poser la question. Garou bien sûr n’en est pas la cause unique mais il contribue sans doute un peu.

J’ai assisté à cette finale ayant eu lieu dans le studio 217 de la Plaine Saint Denis, le même que celui de DALS. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les conditions de sécurité y étaient franchement drastiques. A commencer par l’interdiction d’y introduire le moindre drapeau contrairement à l’édition précédente ( même sort pour les banderoles de soutien ). Et des fouilles au corps répétées au moins à 2 reprises il me semble. Ce qui d’ailleurs n’empêcha point un incident par l’intrusion de deux manifestants sur le plateau s’opposant à la tenue du Concours en Israël pour des raisons politiques. Manifestants très rapidement congédiés par le service d’ordre à tel point que cela fût à peine perçu à l’antenne.
 
L’ouverture de la finale fût épique puisque tous les candidats étaient sur scène pour reprendre « Rise like a Phoenix «  de l’inoubliable et marquante Conchita. Certes, on observa que certains, non filmés, avaient leur bouche désespérément closes, comme Doutson. Hmmm… Quand d’autres donnaient de la voix. Pour le moins indispensable au regard du titre. Cela devait donner l’envie de regarder la suite des évènements.



Qui de mieux pour lancer efficacement cette finale que Chimène Badi et sa voix imparable, toujours aussi chaude et précise ? Il n’y avait pas meilleur choix pour assoir le téléspectateur sur son séant.
Chaque concurrent devait interpréter ( de façon raccourcie ) une cover d’un titre emblématique de l’histoire du Concours avant son propre morceau.
Pour Chimène, reprendre la chanson qui lança en 1988 la carrière internationale de Céline Dion « Ne partez pas sans moi « semblait résonner comme une évidence «. Et cela en fût une. Quel talent.
Pour sa chanson « La-haut », un cube transparent était disposé en milieu scène, des éléments graphiques élégants étant projetés dessus. Si en demi-finale, la chanteuse était restée coincée à l’intérieur durant les 3 minutes, elle eût ici la bonne idée d’en sortir rapidement, un danseur occupant l’espace. Et c’était mieux ainsi car si Chimène a une voix en or massif, elle sait aussi occuper une scène avantageusement et avec charisme. Gros succès obtenu du public présent et 1000 fois mérité. Les radios de France, rendez-la nous sur vos ondes, ça fait du bien à nos oreilles les grandes chanteuses et ça réconforte nos cœurs.  

2ème prestation, celle de Silvan Areg, prof d’EPS dans la vie. Et pourtant extrêmement à l’aise sur scène et de toute évidence nullement impressionné par l’enjeu. On passera rapidement sur sa reprise de «  Le dernier qui a parlé «  d’Amina 1991 car non la production, vous n’avez pas eu du tout raison de lui accorder ce titre nullement adapté à la minceur de ses qualités vocales. Les ouah ouah du refrain instaurant même un léger malaise quand la voix de soprane d’Amina y faisait alors des étincelles.
Beaucoup plus à son affaire sur son «  Allez leur dire « anciennement intitulé «  Le Petit Nicolas «. Inoportunément à en croire les ayants-droits de l’œuvre que l’on sait. Un décor ingénieux pour illustrer sa chanson et illustrer est en l’occurrence le mot juste. Du carton-pâte filmé en gros plan et la magie pouvait s’opérer. Subtil et bien fait. Après, on était en droit de ne pas adhérer à cette composition qui n’était pas d’emblée terriblement Eurofan-compatible.


Les Divaz au nombre de 3 lui ont succédé dans une nouvelle tenue que celle de la demi-finale où elles participèrent mais tout autant exubérante. Paillettes, strass et fourrures étaient sorties du placard de Mesdames. Sans doute que certains se seront dit devant leur écran que tout ceci était un peu bling-bling ou ostentatoire, à moins qu’ils n’y aient vu un zeste de kitscherie volontaire. Après un « Waterloo » pas de folie au regard des voix des 3 chanteuses, « La voix d’Aretha » sembla davantage portée par ses interprètes disposées sur un rectangle lumineux.

La performance d’Emmanuel Moire était incontestablement l’une des plus attendues de la soirée sans avoir besoin de dire pourquoi ! Reconnaissons aisément que pour un chanteur déjà connu participer à un concours de ce genre est une gageure sinon un acte courageux puisque risqué. 2ème de sa demi-finale derrière Seemone avec une 1ère place au télévote faisait de lui un des concurrents les plus sérieux de la soirée.
Là encore, on ne dira pas des merveilles sur sa reprise un brin plombante de » Euphoria » en piano-voix qui n’a pas du satisfaire beaucoup de fans de l’ESC pour lesquels cette chanson victorieuse en 2012 reste une référence. La volonté d’Emmanuel Moire d’apparaître comme un musicien crédible lui a donné ici l’occasion de forcer le trait. Il apparut davantage convaincant lors de sa chanson « La promesse », hymne universel de l’acceptation de soi au-delà de son orientation sexuelle. Son cœur bat pour un homme mais notre cœur à tous peut aussi avoir battu pour lui. Pour ma part, je l’avais trouvé globalement un peu meilleur en demi. Mais l’enjeu n’était pas tout à fait le même. En tous cas, il nous aura proposé une vraie scénographie avec ses deux danseurs à la hauteur de l’évènement et transposable sur la scène de Tel Aviv.  Merci à lui d’avoir compris le Concours d’aujourd’hui.



Doutson lui a succédé et sa cover « J’ai cherché « était davantage chanté par son choriste que par lui-même. Et d’ailleurs, j’ai cherché la voix de Doutson sans jamais avoir pu la trouver. Certes, il était plus à son affaire sur son entrainant « Sois un bon fils » tout à fait radio-friendly. Eurovision-friendly, c’était sans doute plus contestable. 4 danseurs et un petit garçon l’ont accompagné sur scène pour donner du corps à une voix qui en manquait cruellement mais on eut de suite le sentiment d’un moment « oubliable ».



Vint ensuite l’autre favorite du Concours, la candidate la plus sérieuse pour vaincre l’ouragan Bilal à laquelle on confia pour cover l’inoxydable « L’oiseau et l’enfant ». Gagnante de sa demi-finale aussi largement que ce fût le cas pour ce dernier. Seemone avait fait le choix pour ses prémices à la télévision française d’interpréter une ballade tout en douceur et en piano-voix, juste agrémentée d’une trompette finale. « Tous les deux «, message d’amour touchant d’une fille à son père, pouvait naturellement faire écho à notre histoire personnelle surtout avec une mélodie aussi captivante par sa simplicité extrême. Dépouillée certes mais émotionnellement efficace.  La voix suave, éraillée, voire grinçante ( une malformation congénitale expliquait ce son là ) emportait le reste sans que l’on puisse reprocher à ses détracteurs d’estimer cette contribution soporifique. Il fût beau. Pour les gens qui ont encore du cœur ( LOL ) ! Mais pour mettre tout le monde d’accord, je le qualifierai de « clivant ».



Une programmation qui pouvait nous laisser perplexe était de positionner Bilal Hassani juste après sa concurrente N° 1. Maintenant que les producteurs du Grand Soir ont l’opportunité de choisir les ordres de passage par « chapeau », on imagine mal Toy diffusé juste avant Fuego en 2018. Ou inversement. Quelques dents d’Eurofans auraient alors grincé sérieusement. Bref, cela a pu surprendre.

Bilal Hassani avait changé de tenue pour cette finale en laissant au placard de l’histoire, on l’espère, sa tenue Raélienne d’il y a 2 semaines. Un costume sombre dont la sobriété était rompue par des strass qui se voulaient royaux pour correspondre au titre de son morceau.
De la même façon qu’il m’avait tout à fait convaincu dans sa reprise de Carmen de Stromae le 12 janvier dernier, j’ai aussi beaucoup apprécié sa reprise de Fuego que j’évoquais à l’instant. Déjà sur un plan vocal mais surtout sur un plan scénique, les pas de danse, la précision de sa gestuelle, sa prestance et ses regards caméras dénotant un professionnalisme qu’on pouvait ici aisément lui reconnaître. Bien sûr, certains diront qu’il se la raconte, qu’il en fait des caisses mais n’est-ce-pas cette liberté que l’on doit à tout artiste, cette chance de se mettre en scène quand les circonstances l’exigent ? Ceci ne saurait être discuté. La version raccourcie de ce titre de Chypre qui avait marqué les esprits par sa chorégraphie flamboyante ( c’est le cas de le dire ), on l’aurait aimée plus longue voire intégrale.

Pour « ROI », le jeune youtuber avait modifié largement sa présentation en ayant tenu compte des « conseils « judicieux des 3 experts musicaux présents sur le plateau ( André Manoukian, Vitaa et Christophe Willem ). En effet, il manquait beaucoup trop d’émotion dans sa performance de demi-finale, froide et mécanique. Là, il y en a eu peut-être un peu trop… Mais il fallait être sourd pour ne pas constater qu’il avait beaucoup retravaillé sa prestation tant il mit là une intensité un peu absente précédemment ( notamment observable sur le passage « On choisit sa famille, ses amis… » ). Et manquer de bonne foi pour ne pas reconnaitre que Bilal Hassani est un gros travailleur que je soupçonne même de perfectionnisme.

En revanche, on est obligé d’admettre qu’une fois encore la justesse vocale n’était pas parfaite sur certains éléments loin s’en faut, notamment l’entame du 1er refrain raté. Ou la high note finale écrasée. Et pas du tout jolie à entendre. Ceux qui auront tenus jusqu’au bout l’émission auront sans doute remarqué que sa reprise de ROI au terme des 3 heures de diffusion était meilleure, indubitablement. Idem pour ses versions acoustiques délivrées ces derniers jours sur NRJ Cauet et France Inter Antoine de Caunes. A écouter sur Youtube. Sa marge de progression est en conséquence importante et sa force de travail évidente nous fait espérer une maitrise sans tâche de son titre quand le moment M arrivera.




Enfin, juste quelques mots pour la concurrente fermant le Bal des postulants à Tel Aviv, la chanteuse Aysat qui après sa reprise de « Fairytale « chanta et dansa sur « Comme une grande » une chanson à l’inspiration Stromaesque et non dépourvue de qualités. Une jolie chorégraphie très bien exécutée, une performance techniquement améliorée par rapport à la fois précédente mais on se doutait fort qu’il ne s’agissait pas là d’une possible gagnante.



En raison du décès de cet immense compositeur qu’était Michel Legrand, Garou interpréta avec beaucoup de talent « Les moulins de mon cœur » accompagné au piano par monsieur Manoukian. Un vrai moment d’émotion, très bien chanté par une voix beaucoup plus légère que d’habitude donc bien moins engorgée. C’était fait et à faire.


Et pour être exhaustif sur le déroulement de la soirée, le duo Madame Monsieur de 2018 ( et aussi co-compositeurs et auteurs de ROI ) vint dans une jolie tenue orange nous redire « Mercy ». Là où l’on décèle que le plateau était remplie de fans du Concours – logique – est que le geste final fut très bien reproduit par presque tout le monde et spontanément sans que le chauffeur de salle nous ait fait plus tôt dans la soirée la leçon. C’eût été bien inutile, nous le savions.



La litanie des votes fût alourdie par les 10 jurés internationaux dont certains semblaient vouloir nous conter leur vie ou leurs états d’âme en sus de nous délivrer leurs points. 10 jurés, on eût presque l’impression qu’ils étaient 43. En revanche, rapidement on a pu comprendre qu’il pouvait y avoir quelques surprises inattendues. Le 1er 12 espagnol pour Silvan Areg, 6 points seulement pour Seemone…  Et le reste fût à cette image tant la chanson de Bilal Hassani ne récoltait pas un seul 12 points et surtout des petits. Pas de quoi le faire décoller au classement. Si à l’arrivée, Seemone était en tête des jurys comme tant d’observateurs l’avaient prévu, notre royaliste n’était lui que 5ème, loin derrière la chanteuse à papa.


Surprenant et surtout parmi le public présent au sein duquel la perplexité et la déception étaient alors largement perceptibles car oui, la grande majorité était ici pour soutenir le jeune Hassani, le plus acclamé sans discussion possible au cours de ce prime-time et sans avoir recours à l’applaudimètre pour l’affirmer.   
A ce moment là, beaucoup ont du penser que l’affaire était cuite, que les carottes étaient consommées et que le jeune youtuber était condamné à se consacrer pour un temps à ses vidéos estampillées « Bonsoir Paris ».
De façon très attendue, Aysat et Doutson restèrent collés en bas de tableau et monsieur Areg fût tout autant sanctionné par le public qu’Ugo le fût lui 8 jours avant. Si on avait du parier sur le quatuor de tête, il y aurait eu sans doute bien des gagnants. Emmanuel Moire finissait 4ème du télévoting, juste derrière Seemone avec 62 points et Chimène Badi avec 63. Quasi à égalité dans le cœur du télespectateur.




Il ne restait plus qu’à découvrir les points attribués au gagnant du public que l‘on se doutait bien être Bilal Hassani avant même le début de la compétition vu l’ultra mobilisation de ses fans sur les réseaux sociaux. Et quand le chiffre astronomique de 150 fût révélé, l’explosion de joie de l’auditoire en disait long sur l’idée de la réaction si quelqu’un d’autre que lui avait remporté Destination Eurovision. Je crains même que si Emmanuel Moire l’avait fait, il aurait pu être hué par quelques-uns. Seule Seemone aurait pu résister au pugilat auditif de l’assemblée !


Le vainqueur a obtenu près de 37% des voix, les deux concurrentes suivantes 15% chacune… Dont une pourtant célèbre et admirée. C’est dire si le rouleau compresseur fabriqué par les manufactures royales rendait dès le départ toute accession au titre difficile voire impossible. « Sans regret » pour les autres. C’est simple, vu le total obtenu par Hassani, même si il n’avait eu que 7 points des jurys et donc finir à la dernière place du concours, il aurait tout de même fini 1er. De quoi s’interroger sur la répartition 50/50 jury/tvspectateurs. N’y aurait-il pas lieu de pondérer différemment ? Après tout, si les internationaux ont attribué leur suffrage en toute bonne foi, on peut être inquiet pour le 18 mai prochain. Rappelons que « Mercy » avait terminé 3ème des juges pour se voir attribuer ultérieurement une place de 8. Alors 5ème, on frémit déjà à l’issue du Grand Soir de mai.




Nul doute qu’au regard de la médiatisation opérée autour de Bilal Hassani avant même le début de Destination Eurovision, il va être plus que n’importe quel autre avant lui sous le feu des projecteurs dans les 4 mois à venir.
Mais sous le feu des critiques aussi. Et de beaucoup de haine, hélas.


Gilles Hébert.



Pour lire les vidéos dailymotion, si elle indique 'contenu privé', cliquez sur la barre de navigation en bas de la vidéo

● 28/01 : DESTINATION EUROVISION 2019 : Le débrieff complet de la FINALE «Comme une surprise impossible ...»

● 20/01 : DESTINATION EUROVISION 2019 : Le débrieff du Prime 2 : Des manifestants face aux derniers qualifiés

● 13/01 : DESTINATION EUROVISION 2019 : Le débrieff du Prime 1 : Un lancement bien configuré qui fait le buzz

● 30/12 : PRODIGES 2018 (France2) : Les 9 finalistes se produisent en Grande finale pour sacrer un....

● 23/12 : PRODIGES 2018 (France2) : La 1/2 Finale du télé crochet du classique à un beau niveau



Ce résumé a 0 commentaires :


Ajouter un commentaire :


Pseudo :
Mail :

Message :

 

Code à entrer :



Pour offrir un meilleur contenu, le site a un besoin rapide de rédacteurs pour écrire des news ou (et des) résumés sur THE VOICE, Nouvelle star, Koh Lanta, Garde à vous. Et particulièrement pour le suivi des émissions étrangères : américaines et allemandes : The Voice usa, x factor (différents pays) etc .
On recherche aussi des rédacteurs occasionnels ou spécifique c\'est à dire sur un sujet précis comme par exemple un candidat de real tv (votre préféré...). Si vous etes interressé laissez un commentaire ou envoyer un mail ou un mp par le forum ! Merci d\'avance ! On a besoin de vous !!!